Trancoso

Trancoso est une leçon d’histoire dans la pierre, en gardant la solennité de l’époque médiévale, où l’imposant château et ses quinze tours gardèrent sa frontière, et l’aura de gloire d’avoir été le scénario d’une courageuse défense de l’indépendance nationale.

Terrain avec vue sur les hauts plateaux Beirãs, Trancoso surgit imposant á l’ombre de son château. Le centre historique de la ville, entouré par ses murailles, nous fait découvrir les façades des vieilles maisons où les pierres de granits accompagnent les rues sinueuses qui ont existé depuis l’époque médiévale.

En fait, Trancoso était l’une des principales villes du Portugal médiéval, vu que son emplacement stratégique était vital pour la préservation de l’indépendance nationale et le maintien des frontières. Mentionné pour la première fois en 960, c’était l’un des nombreux villages avec château ayant appartenu à D. Chamôa Rodrigues, ayant fait l’objet de disputes constantes entre les armées chrétiennes et musulmanes dans les décennies suivantes.

C’est D.Afonso Henriques qui, en l’an 1160, a finalement conquis cette population Beirã, en lui donnant une foral. Dans les siècles suivants, Trancoso a connu une période de grand développement commercial et démographique, dont D. Dinis qui a fait élargir ses murs d’enceinte. Grâce à cette expansion, le village a rencontré un réaménagement urbain et plus tard est venu accueillir la communauté juive, qui au XVe siècle a été l’une des plus nombreuse et importantes dans la région.

La ville est devenue célèbre lorsqu’en mai 1385, dans les derniers mois de la crise dynastique qui a entraîné le pays dans une guerre depuis 1383, elle a été l’hôte d’un affrontement entre les armées seigneuriales des partisans de D.João I et les troupes castillanes. Cette confrontation, qui a abouti à un triomphe militaire mémorable pour les Portugais, a infligé de lourdes pertes aux armées castillanes, contribuant grandement à la victoire retentissante d’Aljubarrota.

Trancoso est une leçon d’histoire dans la pierre, en gardant la solennité de l’époque médiévale, où l’imposant château et ses quinze tours gardèrent sa frontière, et l’aura de gloire d’avoir été le scénario d’une courageuse défense de l’indépendance nationale.

Á Trancoso, n’oubliez pas de visiter:

  • Le château et les murailles;
  • L’Itinéraire Judaïque et le Centre d’Interprétation Judaïque Isaac Cardoso ;
  • Les portes d’El Rei, du Carvalho et du Prado;
  • Le quartier juif et la «Casa do Gato Preto» (Maison du chat noir);
  • L’ancien quartier-général de Beresford;
Return to the top