Le Monastère de Batalha

Édifié pour commémorer la victoire des Portugais sur les Castillans à la bataille d’Aljubarrota en 1385, le monastère des dominicains de Batalha fut pendant deux siècles le grand chantier de la monarchie portugaise où se développa un style gothique national original, profondément influencé par l’art manuélin, comme le montre le cloître royal, véritable chef-d’œuvre.

Monastère de Batalha

Monastère d’Alcobaça

L’abbaye de Santa Maria d’Alcobaça, au nord de Lisbonne, fut fondée au XIIe siècle par le roi Alphonse Ier. Par l’ampleur de ses dimensions, la clarté du parti architectural, la beauté du matériau et le soin apporté à l’exécution, elle est un chef-d’œuvre de l’art gothique cistercien.

Monastère d’Alcobaça

Couvent du Christ à Tomar

Conçu à l’origine comme un monument symbolisant la Reconquête, le couvent des Templiers de Tomar (transféré en 1344 aux Chevaliers de l’ordre du Christ) a symbolisé exactement le contraire au cours de la période manuéline – l’ouverture du Portugal à d’autres civilisations.

Université de Coimbra – Alta et Sofia

Située sur une colline dominant la ville, l’université de Coimbra s’est développée et a évolué sur plus de sept siècles pour former la vieille ville. Parmi les édifices notables de l’université figurent notamment un certain nombre de collèges construits au 16e siècle, le palais royal d’Alcáçova, qui abrite l’université depuis 1537, la bibliothèque Joanine et son décor baroque, le jardin botanique du 18e siècle et la presse universitaire ainsi que la grande « ville universitaire » créée au cours des années 1940. L’université est devenue une référence pour  les autres établissements d’enseignement supérieur dans le monde lusophone où elle a également exercé une influence majeure dans la diffusion du savoir et de la littérature. Coimbra apparaît comme un exemple remarquable de ville universitaire intégrée avec une typologie urbaine spécifique et   des traditions cérémonielles et culturelles propres qui ont été perpétuées.

Sites d’art rupestre préhistorique de la vallée de Côa et de Siega Verde

Les sites d’art rupestre préhistorique de la vallée de Côa (Portugal) et de Siega Verde (Espagne) se trouvent sur les berges escarpées des rivières Côa et Agueda, deux affluents du Douro, documentant une occupation humaine continue depuis la fin du Paléolithique. Des centaines de parois ont été gravées de milliers de figures animales par l’homme durant plusieurs millénaires (5 000 à Côa, environ 440 à Siega Verde) représentant l’ensemble d’art paléolithique en plein air le plus remarquable de la Péninsule Ibérique.